AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez|

Soupir enchanteur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Mathias Sunders

Mathias Sunders



█ Messages : 33
█ Célébrité Prise : Zac Efron

Perso
♦ Capacités:
♦ Vos Relations ici:

Soupir enchanteur Vide
MessageSujet: Soupir enchanteur Soupir enchanteur EmptyLun 28 Juin - 14:02

  • Il avait cette facheuse tendance de courrir trop vite, de filer entre vos doigts et fuir votre corps alors que vous tentiez désespérément de l'attraper au vole. Temps... Ennemi des Hommes, il défile, viole votre jeunesse et voilà qu'un beau jour votre reflet n'est plus rien que l'ombre de ce que vous étiez. Ainsi le temps à fait son oeuvre, mordant votre visage il a laissé se dessiné sur votre peau les blessures de la fatigue et de l'éclat de vos yeux ne reste plus que les regrets d'une vie passée trop vite. Et, la mort arrive, ombre noire d'où personne ne revient jamais. Jamais... C'est ce que les mortels croient mais la mort ne signe pas si facilement votre arrêt de mort. A croire que notre tendre créateur se permet de choisir du destin de chaque homme même après sa vie. Il en avait été ainsi pour Mathias. Simple conquérent des temps anciens trouvant la mort sous la lame de ce lâche qu'il croyait son ami. Mort dans le déshonneur, incapable de se venger mais Il I'avait rappelé à lui. Dieu et sa naïveté, ce créateur qui croyait pouvoir purifié l'âme de ce cher Mathias. Une illusion, une de plus. Mathias l'avait trompé, désabusé, trahit par cent fois sans jamais perdre sa confiance jusqu'à ce jour où la guerre éclata faisant voler ses projets en éclats. Comment conquérir les cieux lorsqu'on est sur Terre ? Comment espérer tromper une fois de plus Dieu alors qu'il a enfin vu clair en votre jeu ? Bien sûr, Mathias aurait pû tromper le monde, se racheter une âme, retourner à ses côtés cependant il lui aurait fallut des millénaires et des millénaires pour recouvrer sa place de bras droit et d'ange de confiance. Hors, il ne le voulait plus. Une vie est courte, une éternité quand à elle peut s'avérer bien longue si vous ne savez pas combler les abysses de l'ennui. Et Mathias avait décidé de profiter de cette nouvelle existence pour trahir, tromper et voir le monde souffrir en se nourissant de ce malheur abjecte qui le faisait frémir comme jamais. Pleurs, cris, peurs, douleurs... De tous cela il ne s'en voyait jamais rassasié. Il était comme l'assassin aimant voir le liquide pourpre de ses victimes courir sur le sol. Mathias était un tueur, un briseur d'âme et de coeur, un violeur de confiance, un traitre et... Il aimait cela plus que son éternité. Pourquoi ? Comment ? Nul ne le sait mais une chose il était perdu depuis le début et jamais nulle personne au monde ne serait lui faire trouver cette part de bonté qu'il n'avait eu.

    Un dernier soupir, un dernier baiser, le soupir se prolonge et enfin, le silence revient. la demoiselle s'endore après un dernier regard tendre à son compagnon qui, d'un geste tendre presque amoureux caresse la chevelure blonde de sa compagne. Il dépose un dernier baiser sur son front, observe son corps endormit et quitte sans regret la couche de son amour d'un soir. Il en est ainsi depuis des années et des années, toujours ces odeurs, les mêmes gestes répétés, les mêmes soupirs, sourires, tendresses ou douces violences mais pourtant jamais il ne s'en lasse. A croire qu'il vit pour connaître l'abandon de son corps et que cette passion dévorante qui le conssume chaque nuit le rend plus vivant que jamais. Oui, il s'ennivre de veurs parfums mais un seul corps ne lui ai jamais suffisant. Comme le collectionneur il a besoin de chaque femme, il veut connaître chaque corps, chaque regard, chaque bouche. Mais, le plus ennivrant dans tous cea est que chaque siècle lui apportait sa vague de nouveauté. Il aimait cela et un sourire heureux se dessina sur ses lèvres à cette pensée. Cependant, Mathias fini par s'arracher à sa contemplation et, après une douche revogorante qui réveilla son corps endolorit de cette folle après-midi Mathias s'habilla. Un simple jean, une chemise blanche qui prit tout juste le temps de fermer, ses chaussures et le voilà dehors recouvrant la tranquillité d'une fin de soirée.
    Jetant son sac sur son épaule, l'ange passa brièvement sa main dans ses cheveux tentant de discipliner sa chevelure qui ne dansa que plus furieusement encore autour de son faciès. Abandonnant son entreprise, l'ange retourna à sa voiture et démarra en trombe.
    Il y avait peu de circulation ce soir là et Mathias se permit d'accélérer l'allure écoutant avec l'oreille des passionnés le doux murmure de sa voiture adorée. Ancienne férrari au rouge passé mais aux cheveux brûlant sous le capot. Un plaisir un conduir et, bien que cela fut triste à dire Mathias chérissait sa voiture plus que n'importe quelle autre femme sur cette Terre. Un macho comme dirait les humains et Mathias s'entendit rire à cette pensée lorsque enfin il quitta New-York. Trouvant la solitude il appuya enfin sur l'accélérateur et goûta avec plaisir à la folie de la vitesse. Musique bruyante hurlant à ses oreilles, sourire béat aux lèvres à cet instant Mathias avait l'air du beau goss de base que toutes les femmes aimeraient avoir dans son lit.

    Une petite demi-heure s'écoula tranquillement permettant au soleil de s'éteindre laissant à la lune le plaisir de conquérir à son tour la tiédeur du ciel qui, bientôt se parra de lueurs exquises que Mathias observa avec patience. Il s'était garé à l'ombre d'un arbre et le voilà à présent qui se tenait au bord du vide, les bras en croix et les mains tournées vers le ciel comme si l'acceuillait les derniers reflets du soleil qui très bientôt vint enfin à s'évanouir. Ne resta plus que les pâles lueurs des étoiles lorsqu'enfin, le jeune homme se décida à sauter de la falaise. Fermant les yeux, il se laissa tomber en pic avant d'user au dernier instant de ses ailes. Ses dernières jaillir soudainement dans son dos et, après un battement furieux stoppa la chute de l'ange. Eclatant de rire, Mathias se propula à nouveau dans les cieux, rejoignant la paleur des étoiles il effectua quelques figures artistiques avant de s'immobiliser dans les yeux. Tête renversée en arrière, regard rieur et sourire béât inscrit sur les lèvres l'ange demeura suspendu dans les cieux totalement sourd aux alentours lui qui se croyait seul. Grave erreur...

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
  • Soupir enchanteur Mi2ets
Revenir en haut Aller en bas

Soupir enchanteur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Underworld :: « A L'EXTERIEUR DE LA VILLE :: La plage :: « La falaise-